Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog bertysblog

hymnes nationaux

God defend New Zealand

6 Février 2022, 00:02am

Publié par Berty

Le 6 février 1840, le Traité de Waitangi est signé entre les chefs tribaux Maori et la Couronne britannique : la Nouvelle Zélande devient colonie britannique. C’est cet acte fondateur que commémore la fête nationale. Dominion indépendant en 1907, elle devient indépendante en 1947 avec la ratification du Statut de Westminster signé en 1931.

"God defend New Zealand" est l’un des deux hymnes officiels de Nouvelle Zélande : en présence de la Reine, de l’un des membres de la famille royale ou du gouverneur général, le “God save the Queen“ sera privilégié. Lors d’événements “liés à l’identité nationale néo-zélandaise“, de manifestations sportives, etc. c’est le “God defend New Zealand“ qui est joué.

Thomas Bracken (21 décembre 1843 - 16 février 1898) est né à Clones en Irlande. Orphelin à 10 ans, il rejoint son oncle en Australie. A 25 ans, il s’installe à Dunedin en Nouvelle-Zélande où il exerce le métier de tondeur de mouton, tout en écrivant, et publiant, des poèmes qui lui valent un prix de poésie de la Otago Caledonian Society. Il se tourne alors vers le journalisme et écrit pour le Otago Guardian, le New Zealand Tablet et le Morning Herald avant de devenir rédacteur en chef du Saturday Advertiser. En 1876, il publie le poème intitulé “God defend New Zealand“.

Le 1er juillet 1876, l’Advertiser lance un appel à concours pour la composition d’un air national sur ce texte. A la clôture des envois, douze partitions ont été envoyées. L’une d’entre elles sort du lot et fait l’unanimité, elle est signée du pseudonyme “Orpheus“. Il s’agit en fait de John Joseph Woods (1849-1934), enseignant et musicien particulièrement doué (il jouait, paraît-il, de douze instruments, était un excellent violoniste et très bon chanteur !). Il est 21 heures lorsqu’il lit l’appel à concours. Inspiré par les paroles, il se met aussitôt au travail et termine sa partition cette nuit même. Lorsqu’il mettra un terme à sa carrière en 1932 (à 83 ans), il sera fait “Freeman of the county“, le premier hors du Royaume Uni.

La chanson devient rapidement très populaire et, en 1940, le gouvernement néo-zélandais en achète les droits d’auteur et en fait officiellement la chanson nationale juste à temps pour les célébrations du centenaire du Traité de Waitangi qui fait de la Nouvelle-Zélande une colonie britannique et est donc considéré comme l’acte de fondation de la Nouvelle-Zélande en tant que nation.

“God defend New Zealand“ sera officiellement utilisé pour la première fois (au plan international) en tant que chant national lors des Jeux de l’Empire Britannique en 1950, puis aux Jeux Olympiques de Munich en 1972. En 1976, une pétition est présentée au parlement pour demander son instauration en tant que hymne national. Il le deviendra le 21 novembre 1977, après accord de la Reine, mais à titre égal avec le “God Save the Queen“. Un arrangement est commandé à l’organiste Maxwell Fernie (1910-1999) pour rendre l’hymne “plus facile à chanter“.

La version officielle présente cinq couplets en anglais avec leur adaptation en maori (“Aotearoa“, une version écrite dès 1878). Traditionnellement, seules les premiers couplets de chaque version sont chantés, le maori en premier.

Voir les commentaires

<< < 10 20 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 > >>