Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog bertysblog

René Kollo

20 Novembre 2022, 00:02am

Publié par Berty

René Kollo occupe une place à part chez nos voisins d'outre-Rhin, où il est extrêmement populaire. Cette popularité est due à ses très fréquentes apparitions télévisées : outre de nombreuses opérettes filmées pour la télévision, il a été invité dans la quasi totalité des grandes émissions de variétés avant d'animer sa propre émission "Ich lade gern mir Gäste ein“. Il y accueillait les plus grands chanteurs d'opéra dans une ville européenne différente à chaque émission. J'ai ainsi eu l'occasion d'assister à celle enregistrée en 1983 à Strasbourg, à laquelle participait Katia Ricciarelli, Kurt Moll, Christine Barbaux, Michaël Melbye…

René Kollo est le petit fils de Walter Kollo, célèbre compositeur d'opérettes berlinois, et de Willi Kollo, également compositeur, dont les mélodies ont connu une grande popularité en Allemagne.

La "Linden-Masch" de Walter Kollo interprétée par Marlene Dietrich.

René Kollo est né à Berlin, le 20 novembre 1937. Dans les années cinquante, tout en poursuivant ses études à Hambourg, il se produit dans de petits clubs de jazz. En autodidacte, il joue alors de la batterie, de la contrebasse, de la guitare… De retour à Berlin, il prend des cours de comédie et, parallèlement, pour pouvoir chanter avec son groupe, des cours de chant avec Elsa Varena, une chanteuse réputée. Celle-ci détecte tout de suite son potentiel, mais le jeune homme (il a alors une vingtaine d'années) vient de signer un contrat avec Polydor. C'est donc comme chanteur de variétés qu'il fera ses débuts professionnels.

1963

En 1965, il est engagé dans la troupe du Staatstheater de Braunschweig où il débute dans la trilogie de Stravinski (Mavra, Renar, Oedipus Rex). Il reste deux ans dans cette troupe, abordant tout le répertoire de ténor lyrique et se produisant sur scène jusqu'à huit fois par semaine ! En 1967, il est engagé comme premier ténor lyrique à la Deutsche Oper am Rhein à Dusseldorf. Sa carrière prend alors un nouveau tournant : il chante à Munich, Francfort, Milan, Lisbonne… En 1969, il débute à Bayreuth dans le “Vaisseau fantôme" dans le rôle du pilote, l'année suivante il sera Erik.

C'est également à cette époque qu'il apparaît dans de nombreuses opérettes filmées pour la télévision ainsi que dans la plupart des émissions de variétés.

1983 "Superhitparade der Volksmusik"

1971, "Wiener Blut" avec Ingeborg Hallstein

1973, "Zum blauen Bock" une émission consacrée à la musique populaire.

En 1971, après les petites rôles, c'est Lohengrin qu'il chante à Bayreuth,. Suivront Stolzing (Les Maîtres chanteurs) en 1973, Parsifal en 1975, Siegfried (dans la production Chereau-Boulez) en 1976 et Tristan (Ponnelle-Barenboim) en 1981.

A partir de 1978, et pendant 8 ans, il présentera sa propre émission "Ich lade gern mir Gäste ein". Chaque émission est enregistrée dans un autre pays, mêlant artistes internationaux et locaux. En novembre 1983, j'ai assisté à celle enregistrée à Strasbourg avec l'Orchestre Philharmonique de Strasbourg, les chœurs de l'Opéra du Rhin, Katia Ricciarelli, Kurt Moll, Christine Barbaux (alors membre de la troupe de l'Opéra du Rhin), la chorale du Conseil de l'Europe, Otto Schenck…

1981, dans son émission "Ich lade gern mir Gäste ein“

Durant ces années, sa carrière internationale se développe, il chante alors au Met, à Covent Garden, à Vienne, à Tokyo… Ne voulant pas être catalogué ténor exclusivement wagnérien, il chante Hermann (la dame de pique), Otello, Canio, Peter Grimes… tout en restant fidèle à la musique "légère". C'est ainsi qu'il se produit à Munich et à Berlin dans l'une des opérettes de son grand-père et continue à participer à de très nombreuses émissions de télévision.

René Kollo s'est également essayé à la mise en scène ("Parsifal" à Darmstadt en 1986 et "Tiefland" à Ulm en 1991). A plus de 75 ans, il se produisait encore sur scène : "Tant que je serais en bonne santé (et grâce à Dieu, je suis en bonne santé) et que j'y arriverais encore vocalement, ce qui est le cas, je continuerais !". Il a ainsi interprété le rôle parlé du majordome dans "Ariadne auf Naxos" qui, pour le coup, ne pouvait lui poser de problème vocal.

Entretien avec August Everding (en allemand) en 1995 - Extraits musicaux à 4:22, 13:16, 18:52, 28:58, 32:45, 36:20, 41:54

Commenter cet article