Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog bertysblog

Vino griego, un vin grec… autrichien !

28 Juillet 2021, 23:02pm

Publié par Berty

Quand Bayonne est en fête, partout résonne le “Vino griego“, l’hymne de ces fêtes.

Vieux chant traditionnel portugais pour les uns, marche funèbre (portugaise également) pour d’autres… les versions sur son origine ne manquent pas.
Inutile pourtant de chercher midi à quatorze heures, ni d’être un fin musicologue pour trouver bien peu de correspondances entre la musique traditionnelle portugaise (on pense bien évidemment au fado) et cette mélodie qui évoque plutôt la tradition grecque.
Et c’est bien de Grecs dont il s’agit là.
En 1974, le chanteur et compositeur autrichien Udo Jürgens (le vainqueur du concours Eurovision 1966 avec “Merci, chérie“) écrit une chanson en hommage aux immigrés grecs. “Griechischer Wein“ (Vin grec) évoque ces travailleurs  étrangers, loin de leur pays, qui se retrouvent le soir autour d’un verre de vin et rêvent à leur pays.
Le succès fut immédiat, non seulement dans les pays germanophones (où Udo Jürgens était une immense star) mais également en Grèce où la chanson devint quasiment une mélodie populaire sous le titre “Phile kerna krassi“. Le compositeur et son parolier, Michael Kunze, furent même officiellement invités par le Premier Ministre grec Kostas Karamanlis.

Le succès ne s’est pas démenti jusqu’à ce jour, puisqu’il fait encore l’objet de reprises.

Aux Etats-Unis, c’est Bing Crosby d’abord, puis Al Martino, qui firent de “Come share the wine“ un succès.

Enorme tube aussi au Portugal sous le titre de “Verde Vinho“ chanté par Paulo Alexandre et en Espagne, interprété par José Vélez (Vino Griego). C’est de là, et sous ce nom, que l’air a passé la frontière et est arrivé au Pays Basque.

Pour les tenants de la version “air populaire portugais“, cette petite mise au point (portugaise) trouvée sur le net : «esta musica é a versão portuguesa do original Austriaco “Griechischer wein“ de Udo Jurgens que é o verdadeiro autor da letra (posteriormente adaptada para português), e da musica».

En 1998, soit 23 ans après sa création, Udo Jürgens en livre une interprétation magistrale.

Voir les commentaires