Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog bertysblog

Salvatore Fisichella

19 Juillet 2008, 14:07pm

Publié par Berty

Internet permet parfois de réparer certaines injustices.
Combien de chanteurs de tout premier ordre ont été négligés par les grandes maisons de disques ?
Aujourd'hui, il est possible de retrouver leurs prestations en public en vidéo et ainsi de les faire découvrir à un public qui, jusque-là, ignorait leur nom.
C'est le cas de Salvatore Fisichella, l'une des plus belles voix de ténors que j'ai eu le plaisir d'entendre.


Salvatore Fisichella est né en 1943 à Catane. A 10 ans, premier coup de foudre musical : il découvre la musique liturgique. Il entre au séminaire où il sera remarqué par le père Giosuè Chiari, le directeur musical, qui lui offrira la possibilité de se produire en soliste lors de messes et de concerts, jusqu'au jour où les premiers signes de mue apparaissent. Première mauvaise nouvelle (pour lui), après sa mue, il sera probablement basse. Mauvaise nouvelle, car le jeune Salvatore à des idées bien arrêtées : "No, basso mai, o tenore o niente altro!".
A 13 ans, il quitte le séminaire pour poursuivre des études scientifiques, tout en continuant à chanter lors de réunions amicales ou familiales. Cinq ans plus tard, alors qu'il est invité à un mariage, sa vie basculera. Le ténor qui devait chanter lors de la messe est en retard et la mariée tient absolument à entrer dans l'église au son de l'Ave Maria. Salvatore Fisichella se propose alors pour le remplacer au pied levé. Le ténor retardataire, arrivé entre temps, l'encourage à reprendre ses études vocales, ce qu'il fera auprès de Maria Gentile, une chanteuse réputée de Catane, tout en continuant à travailler pour payer ses leçons.



En 1970, il remporte le premier prix du concours Adriano Belli de Spolète avec des airs des Puritains, de La Favorite et de Rigoletto. Il est aussitôt engagé pour Werther à l'opéra de Spolète, puis, l'année d'après pour Rigoletto et les Puritains à l'opéra de Rome.
Sa carrière est lancée. Suivront des engagements à Milan, Turin, Venise, Genève, Naples, Londres, Paris, Marseille, Toulouse, Strasbourg, Vienne, Berne, Zurich, Berlin, New York...
Il devient rapidement l'un des interprètes les plus demandés de Guillaume Tell, du Pirate et des Puritains. C'est dans ce dernier opéra qu'il fera sensation au Metropolitan Opera de New York, aux côtés de Joan Sutherland : "Un succès sans précédent" selon la presse new-yorkaise.
En 1992, un concert Bellini au Théâtre des Champs Elysées à Paris lui vaut 22 minutes d'applaudissements ininterrompues et les louanges unanimes de la critique.
En 2004, il réalise un vieux rêve : chanter le rôle de Pollione dans Norma. Ce sera à l'opéra d'Helsinki (vidéo ci-dessous). La critique locale dira de lui qu'il est le meilleur artiste lyrique ayant jamais chanté sur cette scène. Il avait 61 ans !



J'ai eu l'occasion de l'entendre dans Rigoletto, les Puritains et Guillaume Tell : timbre superbe, technique vocale parfaitement maitrisée... Le public lui a, à chaque fois, réservé une véritable ovation. Mais ce qui le caractérise le mieux, c'est son élégance : élégance d'un chant stylé et élégance scénique peu commune. Un très grand artiste.

Guillaume Tell à Zurich en 1987 (j’y étais !). pour la petite histoire, Nello Santi dirigeait cette œuvre (l’une des plus longue du répertoire) par cœur !



.

Commenter cet article