Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
  le blog bertysblog

13 août : centenaire de la mort de Massenet

12 Août 2012, 23:00pm

Publié par Berty

Jules Massenet est né le 12 mai 1842 à Saint-Etienne, ou plus exactement à Montaud, une commune qui sera rattaché à Saint-Etienne en 1855.

 


Les origines
Pierre Jean Massenet, originaire de Gravelotte en Moselle, s'installe à Strasbourg où il épouse Eléonore Hélène Mathieu (née dans cette ville). Il est professeur d'histoire à la faculté de lettres. Le 25 août 1788, naît (toujours à Strasbourg) leur fils Alexis. Celui-ci, capitaine ingénieur des Mines, fait la connaissance de l'industriel suisse Ernest Jaegerschmidt, fabricant de faux (l'outil !) à Belfort. Ensemble, ils s'installent à Toulouse où ils créent leur propre fabrique de faux. En 1839, avec d'autres associés, Alexis Massenet fonde une nouvelle fabrique  à Saint-Etienne. En 1848, il se retire des affaires et s'installe à Paris.
D'un premier mariage, en 1816, avec Sophie Jaegerschmidt, la fille de son associé, (Funkerdorf, Suisse, le 29 octobre1797 -  St-Juéry, Tarn, le 14 octobre 1829) Alexis avait eu huit enfants. Le 9 mai 1830, il épouse en seconde noce Eléonore Adélaïde Royer de Marancour (Metz le 6 mars 1809 - Paris le 24 mars 1875). C'est de cette union que naîtra Jules, dernier des quatre enfants du couple.

 


Les années d'apprentissage
Sa mère, excellente pianiste, va donner à Jules ses premières leçons de piano. Elle sera son seul professeur jusqu'à son entrée au Conservatoire de Paris le 10 janvier 1853. Là, il étudie le piano, le solfège, le contrepoint et l'harmonie dans la classe du Mulhousien Henri Reber à propos duquel il écrira plus tard «J’allai dans la classe d’Henri Reber, de l’Institut. C’était un musicien exquis et délicat, de la race des maîtres du dix-huitième siècle. Sa musique en dégageait tout le parfum». En 1861, il est admis dans la classe de composition d'Ambroise Thomas, qu'il considérera comme son maître. En 1859, il obtient le premier prix de piano, en 1862, un second prix de fugue et de contrepoint et, en 1863, le premier prix de contrepoint. Après un échec en 1862, il obtient le Premier Prix de Rome avec sa cantate "David Rizzio" en 1863. Durant son séjour à la Villa Médicis, il fait la connaissance de Liszt sur la recommandation duquel il prend pour élève (au piano) Louise-Constance de Gressy qu'il épousera à son retour à Paris en 1866.

 

 

Le compositeur
De 1866 à son décès, il ne cessera de composer produisant durant ces 46 ans une quarantaine d'opéras (l'Association Massenet Internationale n'en dénombre que 25), une dizaine de cantates et d'oratorios, une quinzaine de musiques de scène, 3 ballets, 7 suites pour orchestre, un concerto pour piano, une fantaisie pour violoncelle et orchestre, des pièces pour piano, plus de 280 mélodies, des duos, trios et quatuors vocaux, des chœurs…
En 1878, il est nommé professeur de composition au Conservatoire et aura pour élèves Gustave Charpentier, Ernest Chausson, Georges Enesco, Reynaldo Hahn, Charles Koechlin, Albéric Magnard, Gabriel Pierné, Henri Rabaud,  Florent Schmitt… De 1877 à 1896, 18 Grands Prix de Rome sortent de sa classe ! Cette même année, il est élu à l'Académie des Beaux-Arts, section "composition musicale" au fauteuil VI succédant à Jean-François Le Sueur (1815), Michel Carafa (1837) et François Bazin (1873) et précédant Gustave Charpentier (ce fauteuil est occupé depuis 2005 par Edith Canat de Chizy). A la mort d'Ambroise Thomas, il se voit offrir la direction du Conservatoire, mais il refuse préférant se consacrer à la composition.
Si certaines oeuvres ne connaissent aucun succès, d'autres remportent un triomphe : en 1905, "Manon" atteint sa 500ème représentation, Massenet lui-même dirige la 100ème de "Werther" à Vienne en 1911…
Il meurt à Paris le 13 août 1912.

 

 

 

Les opéras

 

L'Ecureuil du déshonneur, opérette burlesque (inachevée, non publiée)


Les Deux Boursiers, opérette (non publiée)

Esméralda, opéra (composé à la Villa Médicis, non publié)


Noureddin, opéra comique (inachevé)


Valeria, opéra (inachevé et disparu)


La coupe du roi de Thulé, opéra en 3 actes sur un livret d'Edouard Blau et Louis Gallet (non représenté et disparu)


La Grand'tante, opéra comique  en 1 acte sur un livret de Jules Adenis et Charles Granvallet. Créé le 3 avril 1867 à l'Opéra-Comique


Le Florentin, opéra comique sur un livret de Jules-Henri Vernoy de Saint-Georges (perdu).


Manfred, opéra sur un livret de Jules Ruelle d'après Byron (inachevé et disparu)


Méduse, opéra en 3 actes sur un livret de Michel Carré (inachevé et disparu)


Le Roi de Lahore, opéra en 5 actes sur un livret de Louis Gallet créé le 27 avril 1877 à l'Opéra de Paris


Don César de Bazan, opéra comique en 3 actes sur un livret d'Adolphe d'Ennery et Jules Chantepie créé le 30 novembre 1872 à l'Opéra-Comique.


L'adorable Bel'-Boul, opérette en 1 acte sur un livret de Louis Gallet, créé le 17 avril 1873 au Cercle des Mirlitons à Paris (partition détruite)


Les Templiers, opéra en 2 actes (non publié)


Bérangère et Anatole, saynète sur un livret de Henri Meilhac et Paul Poirson, créée en février 1876 au Cercle de l'Union artistique (partition détruite par le compositeur)


Hérodiade, opéra en 3 actes sur un livret de Paul Milliet et Henri Grémont d'après  Flaubert créé le 19 décembre 1881 au Théâtre de la Monnaie à Bruxelles


Robert de France, drame lyrique (inachevé)


Manon, opéra comique en 5 actes sur un livret de Henri Meilhac et Philippe Gille d'après l'abbé Prévost créé le 19 janvier 1884 à l'Opéra-Comique à Paris


Montalte ou Sixte-quint, opéra en 3 actes (perdu)


Le Cid, opéra en 4 actes sur un livret d'Adolphe d'Ennery, Louis Gallet et Edouard Blau d'après Corneille créé le 30 novembre 1885 à l'Opéra de Paris


Werther drame lyrique en 4 actes sur un livret d'Edouard Blau, Paul Milliet et Georges Hartmann d'après Goethe créé à Vienne (dans une traduction allemande) le 16 février 1892. La création de la version originale a eu lieu le 16 janvier 1893 à l'Opéra-Comique à Paris


Esclarmonde, opéra romanesque en 4 actes sur un livret d'Alfred Blau et Louis-Ferdinand de Gramont créé le 15 mai 1889 à l'Opéra-Comique de Paris


Le Mage, opéra en 5 actes sur un livret de Jean Richepin créé le 16 mars 1891 à l'Opéra de Paris


Thaïs, comédie lyrique en 3 actes sur un livret de Louis Gallet d'après Anatole France, créé le 16 mars 1894 à l'Opéra de Paris


La Navarraise, épisode lyriqueen 2 actes sur un livret de Jules Claretie et Henri Cain d'après "La Cigarette" de Claretie créé le 20 juin 1894 au Covent Garden à Londres


Le Portrait de Manon, opéra comique en 1 acte sur un livret de Georges Boyer créé le 8 mai 1894 à l'Opéra-Comique à Paris


Sapho, pièce lyrique en 5 actes sur un livret de Henri Cain et Arthur Bernède d'après Alphonse Daudet créé le 27 novembre 1897 à l'Opéra-Comique à Paris


Cendrillon, conte de fées en 4 actes sur un livret de Henri Cain d'après Charles Perrault créé le 24 mai 1899 à l'Opéra-Comique à Paris


Grisélidis, conte lyrique en un prologue et 3 actes sur un livret d'Armand Silvestre et Eugène Morand créé le 20 novembre 1901 à l'Opéra-Comique à Paris


La fille de Jephté, opéra en 4 actes (manuscrit au stade du projet sans indication de librettiste)


Le Jongleur de Notre-Dame, miracle en 3 actes sur un livret de Maurice Léna d'après "L'étui de nacre" d'Anatole France créé le 18 février 1902 à l'Opéra de Monte Carlo


Chérubin, comédie chantée  en 3 actes sur un livret de François de Croisset et Henri Cain créé le14 février 1905 à l'Opéra de Monte Carlo


Ariane, opéra en 5 actes sur un livret de Catulle Mendès créé le 31 octobre 1906 à l'Opéra de Paris


Thérèse, drame musical en 2 actes sur un livret de Jules Claretie créé le 7 février 1907 à l'Opéra de Monte Carlo


Bacchus, opéra en 4 actes sur un livret de Catulle Mendès créé le 5 mai 1909 à l'Opéra de Paris


Don Quichotte, comédie héroïque en 5 actes sur un livret de Henri Cain d'après "Le chevalier de la longue figure" de Jacques Le Lorrain créée le 19 février 1910 à l'Opéra de Monte Carlo


Roma, opéra tragique en 5 actes sur un livret de Henri Cain d'après Alexandre Parodi, créé le 17 février 1912 à l'Opéra de Monte Carlo


Panurge haulte farce musicale en 3 actes sur un livret de Maurice Boukay et Georges Spitzmüller d'après Rabelais créé le 25 avril 1913 au Théâtre de la Gaîté à Paris


Cléopâtre, drame passionnel en 4 actes sur un livret de Louis Payen créé le 23 février 1914 à l'Opéra de Monte Carlo

 

Amadis, opéra légendaire en 4 actes sur un livret de Jules Claretie d'après Garci Rodríguez de Montalvo créé le 1er avril 1922 à l'Opéra de Monte Carlo

 

.

Voir les commentaires