Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
  le blog bertysblog

Ignacy Paderewski

31 Décembre 2009, 22:10pm

Publié par Berty

Dans la longue liste des célébrations, le hasard uni deux pianistes et compositeurs polonais.

Inutile de présenter le premier, né le 1er mars 1810, Frédéric Chopin (coïncidence de l’histoire, 2010 sera également l’année du centenaire de la disparition de l’une de ses amies, la légendaire cantatrice Pauline Viardot, sœur de la non moins légendaire Malibran).

Le second, un peu moins connu, a connu un destin exceptionnel.
Ignacy Paderewski (6 novembre 1860 - 29 juin 1941), dont on fêtera le 150e anniversaire, commence ses études de piano à Varsovie, puis étudie la composition à Berlin et à Vienne. En 1855, il s’installe à Strasbourg où il enseignera durant un an au conservatoire avant de commencer une carrière de concertiste international. L’un de ses concerts, à Paris en 1888, en présence de Tchaikovsky, restera dans l’histoire : le public manifestera son enthousiasme par plus d’une heure de rappels !


 


A partir de 1910, son engagement pour une Pologne libre commence à se manifester. Dans les années qui suivent, il fonde le “Comité central de secours pour les victimes de guerre en Pologne“, puis il remet au président Wilson un mémoire pour la création d’un état polonais indépendant et démocratique et devient représentant aux Etats-Unis du Comité national polonais (gouvernement provisoire en exil siégeant à Paris) tout en participant à l’organisation des bataillons de volontaires polonais combattant sur le front français.
A la fin de la guerre, il se rend en Pologne où son discours, prononcé le 27 décembre 1918 à Poznan, provoquera une insurrection contre l’occupant allemand.
En janvier 1919, il sera nommé Premier Ministre et ministre des Affaires Etrangères du nouvel état polonais. A ce titre, il dirigera la délégation polonaise lors de la signature du Traité de Versailles. Il quitte le gouvernement en décembre 1919, mais continue à servir son pays comme diplomate, devenant, l’année suivante, chef de la délégation polonaise à la Société des Nations.

En 1922, il reprend le cours de sa carrière de pianiste qu’il interrompera en 1939 pour prendre la tête du Conseil national polonais en exil après l’invasion de son pays. Malgré son âge (il a alors 80 ans) et sa santé fragile, il s’investit dans son nouveau combat et prononce de nombreux discours à travers les Etats-Unis. Epuisé, il y succombera des suites d’une pneumonie le 29 juin 1941. Il sera enterré au cimetière d’Arlington avant que sa dépouille ne soit officiellement transférée en Pologne, en 1992, pour être ensevelie en la cathédrale Saint-Jean de Varsovie.


.

Voir les commentaires

1 2 3 > >>